Séjour au pays basque septembre 2017

Vendredi 8 septembre, ça y est, nous partons pour notre sortie annuelle de plusieurs jours ! Comme d’habitude, nous avons jeté un coup d’œil, peut-être même deux, sur la météo :  « Elle n’est pas bonne ! bof ! on verra bien, regarde aujourd’hui ! Ils leur arrivent de se tromper ! ». L’espoir fait vivre et rend les fous joyeux, paraît il. Eh bien ! ce jour là, nous étions joyeux ! !

Nous voilà donc 11 motos, 14 participants(es) à prendre la route. (Une pensée pour Dominique absent pour raison de santé et pour Jean-Marc coincé dans sa coquille suite à sa chute ; tous nos vœux de prompt rétablissement à tous les deux !).

La longue file de motos s’écoule tranquillement d’abord à travers les collines lauragaises puis sur de petites routes gersoises et pyrénéennes. De temps en temps, un arrêt histoire de reposer nos séants endoloris puis un de plus long histoire là, de rasséréner nos estomacs quelque peu inquiets.  « Quand l’appétit va, tout va ! » Tout allait donc bien ce premier jour. Histoire de pimenter (ouaf ! elle est bonne celle là !) notre fin de parcours, une petite halte à Espelette ne peut faire de mal surtout qu’il commence à faire soif. Installation au bistrot, commande, petite remarque qui a l’air anodine : « Tu as vu comme c’est vert par ici ? ». Effectivement c’est vert, même très vert, nous allions comprendre pourquoi ! ! Chaque chose en son temps, pour le moment nous ne sommes pas encore arrivés mais nous n’en sommes pas loin ! Oups, entrée du camping ratée, joli demi tour d’ensemble puis attente avant installation dans de beaux mobil-homes abrités par de grands chênes ! (abrités ! abrités ! à voir !). Bon, n’oublions pas nos traditions et respectons nos coutumes ancestrales : avant de passer à table, il y a apéro ! Aucun commentaire remettant en cause cette vieille habitude ne viendra altérer nos enthousiasmes respectifs ; les nouveaux et nouvelles que nous avons accueillis ce matin obtiendront, d’ailleurs, une excellente note de participation à ce moment festif.

Sachant partager, nous avons aussi fourni un verre à un passant curieux qui était peut-être plus intéressé par une boisson anisée que par le carburant de nos motos ! (mauvaise langue, va !). Sa curiosité fut satisfaite à travers une dose ne laissant que très peu de place pour l’eau lui rappelant ainsi que l’eau n’était pas un carburant ! Apéro terminé, partons à la découverte du repas du soir : bon accueil, bonne table, tout va bien !

Deuxième jour, tourisme prévu : la Corniche, Espelette, Ainhoa, la Rhune, etc…Hum ! Tiens ? Il pleut même des glands ! Les toits des mobil-homes se transformant en tambours, la nuit fut un peu agitée pour ceux et celles dont le sommeil est léger. « Ça y est, voilà le soleil ! un rayon, hein ! On n’est pas en Afrique non plus ! Allons déjeuner, on verra après. « Café, chocolat, pain, beurre, jus d’orange…tout y est ! Bon ? la Rhune, c’est rapé, le brouillard est là, inutile d’y monter, on n’y verra rien ! Pour le moment, direction la Corniche ! Évidemment, il y a désaccord entre les panneaux et le GPS et , évidemment, nous allons tourner, retourner, visiter quoi ; on peut le dire comme çà ! Finalement, on y roulera sur cette Corniche, elle vaut le coup d’œil, d’ailleurs tè on va y prendre un photo ! Ça nous mène où tout çà ? Au centre de St Jean de Luz pour une visite pédestre, culturelle, pluvieuse pour changer mais aussi gastronomique autour de moules et autres gourmandises locales. La montée de la Rhune ayant été définivement abandonnée, nous prenons la direction d’Espelette ! Peut-être aurions nous pu apprécier ces petites routes de l’arrière pays si, encore une fois, nous nous étions trouvés sous un véritable déluge avec, en prime, une course de vélos ! Si ! si ! y a des fois ! bon, je me tais, je finirais par devenir grossier ! Un petit moment de douceur dans ce monde de brutes : la visite de la chocolaterie et sa dégustation !

Retour au camping, une petite averse de ci, de là pour doucher nos envies de moto puis organisation pour l’apéro impossible en terrasse alors : choix du mobil-home, celui du chef pardi ! c’est le moins occupé ! déménagement, tables, chaises etc la routine quoi !

Bien maintenant, je voudrais présenter mes excuses pour ce texte qui n’est pas le compte-rendu d’une balade moto mais, plutôt, un bulletin météo avec une seule annonce, la pluie ! bulletin entrecoupé d’infos gastronomiques et ça va continuer !

Demain, il était prévu quelques 250 km et 11 cols, c’est encore raté ! Demain, ce sera repas de midi au camping (excellent d’ailleurs) puis, tout de même, balade moto sur la côte où, miracle, le vent chassera les nuages. On roulera un peu au sec, on visitera Biarritz,  le village d’Arcangue où repose Luis Mariano, on découvrira, un peu, la campagne basque, ses paysages, ses routes au goudron impeccable.

Dernier repas au camping, toujours aussi bon, décision à prendre : demain, on rentre par où ? Le plus direct possible c’est-à-dire l’autoroute ! Inutile de vous dire le temps que l’on a eu ! Un d’entre nous a même du effectuer un strep-tease pour trouver des vêtements secs !

Bien, je m’arrête là, mais heureusement que l’ambiance était bonne sinon nous serions revenus neurasthéniques ! !

À la prochaine, sans palmes ni tuba !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *